Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

parlerdunkerquois:expressions [2019/01/30 23:09] (Version actuelle)
Ligne 1: Ligne 1:
 +\\
 +{{parlerdunkerquois:​titreparler_expressions2.jpg}}
 +----
 +\\
 +
 +** Par Jean Denise **
 +
 +Quelques expressions typiques du parler dunkerquois
 +
 +----
 +==== LA FAMILLE ==== 
 +Grot'​che ou menne (la grand mĂšre) ; peille (le pĂšre), meille ou moudr' \\
 +(la mĂšre) ; les kint'​ches ont des zeustres, des zostekeus et des \\
 +brours ; les plus grands sont les double-mousses et les meiches, les \\
 +suivants les mousses et les plus jeunes, les boutche-cadeules et les \\
 +kinkernĂšches. C'est tout son pĂšre crachĂ©.\\
 +Ma matante, mon mononcle; les pĂȘtekint'​ ches.
 +
 +----
 +==== MALHEURS PHYSIQUES, MALADIES, DEFAUTS ==== 
 +Tel grand quinze cĂŽtes est grand comme Reuze, alors que tel autre pauvre\\
 +mousse est un craquelin ou un craquelot, Ă©pais comme un sprat',​ \\
 +comme un stockfish, comme un dracle ou comme un « Maritime » double pliĂ© en \\
 +quatre, maigre comme un fil Ă  voile. Celui qui est fort a du peut', celui \\
 +qui est myope est kilebille « i voit pas Ă  deux longueur de biscuit », \\
 +celui qui ne voit pas fort clair est berlou ou schitore, il a les yeux dans \\
 +l' podingue, il voit pas une doum'​pe. Celui qui a les cheveux frisĂ©s a une \\
 +belle tĂȘte, il est kreulebol ou kreule kopt'​che alors que celui qui est \\
 +chauve est kal ou kopt'​che raze. On est crommeneuze quand on a le nez \\
 +tordu, dekeneuze quand on a un gros nez et pinn'​keneuze quand on a le nez \\
 +crochu. Le vertecline rend crommenek, et quand on est tout cromme on est \\
 +droit comme la rue d' Saint Gilles. Le kreupelaere,​ le crommepatte,​ le \\
 +molepotte et ceux qui ont des ostrerores klopent des pieds.
 +
 +Quand on vient dans sa tĂȘte on est tjole, doune, brac, bĂȘte Ă  danser \\
 +d'vant l' tram, fou Ă  danser d'vant l' Reuze, fou comme un panier (percĂ©), \\
 +zweint'​che.
 +
 +Quelqu'​un de lent est un leule, un leuleman, un leulebrouck,​ un \\
 +leulecouste,​ un lapeteute, un picheleule, un treun'​te. Celui qui \\
 +n'a pas l' esprit trĂšs vif est un grand loquetĂȘte, un grand cadeule, un\\
 +nain et mĂȘme un grand nain, un nĂȘche, un nĂȘche prout',​ un clistre, un \\
 +molefique, il a toujours un oeil dans l' rata, ou des yeux d'​gode,​ il est \\
 +prĂȘt Ă  tomber endormi.
 +
 +Celui qui a pris froid attrape son estaffe, il est sleut',​ pĂąle comme un \\
 +schĂšte, il a son coĂȘu en papedouk, il est fort fatiguĂ©, il a un put' van ze \\
 +kelt'​che,​ il est peut-ĂȘtre pas malĂąde, malĂąde mais il a un grand accablĂąge, \\
 +il est prĂȘt Ă  tomber faible. S'il va du haut en bas et qu'il vient tout a \\
 +rien, c' est un oiseau pou' l' chat : il faut mieux servir ou aller voir le \\
 +guĂ©risseur qui lira le mal en bas avant d' ĂȘtre bout' che foutu, couĂšk \\
 +et aller chez pitchepeck.
 +
 +Le pichecontraire fait des leuleficages,​ c' est un fatigant (modĂšle),​\\
 +un casin (modĂšle), un casin gris. Un saule pleureur est un chagrin (modĂšle). \\
 +Celui qui est mou est toujours mat' et outre d'; fatigue. Le maleumoquepĂŽtte \\
 +est un maladroit. Un avare est un pirate ou un compteur de grains de \\
 +sel. Une femme bavarde est une miteparlotte,​ une commĂšre Ă  cafĂ© et \\
 +souvent une mitchemouille. Celle qui fait la madamt'​che est une calemadame...
 +
 +----
 +==== NOURRITURE ====
 +Les Dunkerquois ne font pas les visemules ; ils aiment faire un bon \\
 +smeule et manger tout leur ventre plein jusqu'​Ă  ce qu'ils soient outes, \\
 +opeblozes et qu'ils ne puissent plus dire pap'. Ils ont alors du leut'​che Ă  \\
 +faire un reupe puis un grand streule... ​
 +
 +Au menu : 
 +
 +  * des poissons : sprats, plat'​ches,​ beutes, soles beutĂ©es, \\
 +godes, wamm', kakesteks, kĂšlebĂȘt'​ches,​ gendarmes, klipers, harengs de kake, \\
 +harengs pecks, peckelhorings,​ anguilles pĂȘchĂ©es au peudre et du \\
 +stockfissh Ă  condition qu'il ne soit pas stelle.
 +
 +  * des viandes : des scaillepĂŽtes (ou des zwinnepĂŽtes),​ de la \\
 +koudevlÚÚs,​ des knuches, du beultecaze, du potche vlĂȘche, des \\
 +meuchkes, des t' chicks, surtout des sprĂȘbles attrapĂ©s dans des vreules, du\\
 +schĂąpre, des bisteks de lard, des cĂŽtelettes de spirint, du bet'​che \\
 +bouli pou' tremper son can'​tche eud' pain n'​dans,​ du lapin de garenne pris \\
 +dans un keunestrop. Il faut bien choisir la viand' pou'​pas qu'al soit \\
 +tillache ou dure la peste sinon on peut s'​Ă©toquer avec c'est tout juste \\
 +bon pour faire du katevlÚÚs.
 +
 +  * des lĂ©gumes : du remolat, des spreut'​ches,​ de la vulmeuze fabriquĂ©e \\
 +en Ă©crasant des patates avec un stam'​pre,​ des porots, des \\
 +scheuleboĂŽntches,​ des sneĂȘboĂŽntches,​ des pĂȘteboĂŽntches,​ du rata aveugle \\
 +fait avec tous les ratekeutes, des arewetches, des chicons, de la salade \\
 +de blĂ©, des krop', de la zeĂ©salĂąt'​.
 +
 +  * des desserts : des steckebeilles,​ des catherinettes,​ des \\
 +veumeraeres (faut pas qu'al soient pourrites ni schnel), du podingue, des \\
 +pannecouckes avec de la castonade, de l' anisscoucke,​ du canellecoucke,​ des \\
 +croumirs, des smoutebolles,​ du pap&#​8217;,​ du sucre pap', du sprit' chepap'​ , du \\
 +bloumepap',​ du ristepap',​ de la ristetart',​ de la pap'​tart'​ et, pour \\
 +les sucrebecs, les snouprepaeres et les snoupremeules : des sucrebolles,​ \\
 +des tablettes, des spĂ©culĂąt'​ ches, des bernardins, des taillelopes,​ des \\
 +couques, du couckeboterom',​ un coukestut',​ des strinn'​tches,​ du sucre \\
 +de peck, des sucrades, des volaeres, du zouteboum'​.
 +
 +  * des boissons : des chomeurs et des pintes de biĂšre, des pint'​chebier,​ \\
 +des dĂškepin'​tes,​ des teuches, des droppel'​tches,​ du kevre qui goĂ»te bon \\
 +(pas du wiche pipi), du brandewyn'​ , du Wis-six, il faut boire le rinche \\
 +avec le pot' che cafĂ© qui ne doit ĂȘtre ni du pichelour ni de la schirloute. ​
 +
 +----
 +==== TRAVAIL ====
 +Les Dunkerquois sont vroutes, ils taillent n'​dans,​ taillent dans la \\
 +butte, les pennelĂȘckres font sur un bureau, les nĂ©goçiants font dans les \\
 +draps (ou les grains), les kailleupoupres et les kailleulopres \\
 +font su' l' port. Ceux qui ne gagnent pas assez sont payĂ©s avec des bonbons \\
 +sĂ»rs, ils veulent ĂȘtre aurmentĂ©s, font grĂšve et chantent « la Terre \\
 +Nationale » ; s'ils n'​obtiennent pas satisfaction,​ ils l'ont avec, ils sont \\
 +scĂąt'​ches,​ ils sont coubĂšles. Quand les ouvriers viennent d'​Ăąge,​ ils sont \\
 +usĂ©s dĂ©yors, ils peuvent pu' en voie, ils sont mis su' l' nopt'​che. Les \\
 +patrons qui font capseille sont Ă  la reute.
 +
 +Celui qui fait du preulewerk ou du vulewerk va avoir son pack'​tche (son \\
 +sac), ĂȘtrejetĂ© en voie, pu savoir d'oĂč rester, pu savoir d' oĂč d' aller, il \\
 +va driver, choler et devenir un vilain rider.
 +
 +Autres mĂ©tiers dunkerquois : professeuse,​ ingĂ©nieur Ă  grenoble \\
 +(agronome), coustre, bĂąckre, couckebake, colebitre ; raccomodeuse \\
 +pour rassercir, kalebuck, koĂŻe, cotre.
 +
 +----
 +==== AMOUR ==== 
 +Quand les Dunkerquois ont le stĂšckebeille turbulent, ils ont un \\
 +schkire pour faire un beurt'​che et un m'tit tour su' l' carrousel. Ils \\
 +cherchent dufrĂȘt, des meĂŻches, des beaux m'tits lots, pas des \\
 +mulecoun'​tes ou des bĂ©geules qui toument leur tĂȘte pou' pas di' \\
 +bonjou'​. Ils font des miches, lancent des cordelles et quand ils ont un \\
 +leuche ils font neuche-neuche en s'​appelant mon creut'​che,​ mon \\
 +live'​tche,​ mon nounn'​tche,​ mon keunn'​tche,​ mon strounn'​tche,​ ils \\
 +donnent des zĂŽt'​ches,​ font des zwinevrout'​ches et partent faire des \\
 +schkĂȘdres derriĂšre les hayures ou un nouneslĂąpt'​che.
 +
 +Les choses sĂ©rieuses commencent quand ils s'​intĂ©ressent au tĂȘttekot',​ au \\
 +tĂȘttecariole. Ils jouent Ă  cat'​chespĂšle,​ ils mettent la main su' \\
 +l' quatre heure : « ti' ton doigt mon coeu' i' pa' ». Les mots dunkerquois \\
 +ne manquent pas pour dĂ©signer le sexe fĂ©minin (entourĂ© de touffecoun'​tches) :\\
 +koukelour, plat'​che,​ moule ; ni le sexe masculin : zwek'​tches,​ piche, \\
 +pichelour, wiche, paleule. L'​important c' est d' aller au neut'​che,​ mais il \\
 +faut pas rester en rak pour avoir bien du leut'​che.\\
 +Quand la fille a l' prĂšk (ses loques) et qu' elle a un preutelap'​tche,​ ils \\
 +sont scĂąt'​ches.
 +
 +Quand on se fait devancer par un concurrent, i' en a un qui chauffe le \\
 +four et l'​autre qui enfourne les m'tits pains, on est coubelle, \\
 +bout'​che van de deur et on reste su' le nop'​tche. Si on veut quand mĂȘme \\
 +faire un lokeskĂŽt il reste plus qu'Ă  aller aux p'​tites jupes (aller aux \\
 +putes) dans un piqueneuche de la poupestrĂŽt choisir une vulmitte, une \\
 +poupecholĂ©e. Si c'est tou' des deckecounn'​tes avec des yeux d' gode \\
 +ou qu'on a pas de poun'​cre,​ il ne reste plus qu'Ă  partir de misĂšre.
 +
 +AprĂšs l'​amour,​ ils sont outepoupes, catelames, outre d' fatigue, leur \\
 +zwek'​tche est  picheploĂŻe. Il arrive que la partenaire soit embarassĂ©e \\
 +(enceinte) ou, ce qui revient au mĂȘme dans une position intĂ©ressante parce \\
 +qu'​elle ne s'est pas r'vue (elle n'a pas eu ses rĂšgles) et elle a compris \\
 +qu'​elle Ă©tait prise. Si on est pas un piqueur et qu'on frĂ©quente pourle bon \\
 +motif (en vue du mariage) et que, dĂ©jĂ , il y avait quĂȘt' chose sous \\
 +l' meutse, il ne reste plus qu' Ă  la marier. A Dunkerque, on se marie \\
 +contre sa bonnamie.
 +
 +----
 +==== BEUVERIE ====
 +Celui qui a toujours soif a Ă©tĂ© baptisĂ© (sevrĂ©) avec une queue de \\
 +morue, il jette dans la benne, il a toujours son aboire avec, il a \\
 +toujours envie sur une pinte, il est toujours Ă  marĂ©e basse. Il aime l' peu,\\
 +c' est un taf, un cacao, un pepreneuze, un peckebrouck. Si c'est \\
 +un buveur de trois-six, il schnike, il s'​adonne Ă  la courte boisson, il boit \\
 +des schloke en bas, de dropt'​ches de kĂšvre, de schnik et de brandewyn'​. Si \\
 +c'est un bierbuck, un blozebuck, un dĂšckebuck, un piche-tuborg,​ il ne \\
 +commande pas un galopin mais des deckepin'​tes et doit souvent aller \\
 +faire pisse. Le buveur de vin commande un grand chomeur de rouge.\\
 +Celui qui s'​attarde trop rue d' la soif ou qui schnicke trop est fatiguĂ©, \\
 +il est un peu bu, il est droun'​ck,​ il a un m'tit oeil, il a un oeil dans \\
 +l'​nougat ou dans l' rata, il a une \\
 +loque (Ă  son cul), il a un coup dans l' minck, il est potcherolle.\\
 +S'il continue Ă  boire, il va ĂȘtre chargĂ© dans les hauts (roulant bord \\
 +sur bord comme un voilier trop toilĂ© en tĂȘte de mat), il fait des slĂšbres, \\
 +il a sa musette, sa dache, sa pistache, sa croute. BientĂŽt il va \\
 +ĂȘtre dans l' thĂ©, dans l' nougat, yes, fait, fait aux pattes, fait comme \\
 +Mickey, criminel, saoul-criminel,​ crim' gite (criminel avec la gite \\
 +correspondante),​ criminel-bataillon,​\\
 +criminel-dĂ©matĂ©,​ dĂ©matĂ©, bleu, bleu-\\
 +marine, bleu-marine Ă  m'tits pois, bleu marine Ă  carreaux, bleu marine \\
 +d'​Ă©querre,​ mauve, morsive, copoverbolle.\\
 +Si au moment de payer il est cent francs trop court, il colle un cleck \\
 +et on l' Ă©crit sur le taillebouck.\\
 +Celui qui est en virĂ©e ou qui ne \\
 +dessoule pas pendant plusieurs jours est en neuvaine, il est toujou'​ su' l'\\
 +mĂȘme bord.
 +
 +----
 +==== QUERELLES ET INSULTES ==== 
 +  * T' es toujou'​ en train d' lancer des pick'​ches,​ de m' traiter, \\
 +de m' calonier, d' m'​agoniser d' sottises, et pĂź maint'​nant tu viens \\
 +fai' mĂąt'​che et ben, t'as chaud (t'as un double stout'​) !
 +
 +  * EspĂšce de pouchemĂącre (de nan'​tche pĂȘck), tout ça c' est d' la \\
 +djale, au plus tu vieillis au plus tu d' viens toureloure (wikeblindĂ©),​ va \\
 +jouer avec pouche avant qu' je d'​viens ouredeule (outre de colĂšre) !
 +
 +  * Grand cleudre, tiens ta langue au chaud : tu speute qu' on dirait \\
 +qu'il pleut, face de. bostecop'​!
 +
 +  * Tu t'es pas r'​gardĂ©,​ klottebreck!,​ avec tes yeux d' gode, \\
 +on dirait un beute qu'a ratĂ© la marĂ©e.
 +
 +  * Tu peux parler espĂȘce de platche berlou, tu stincke van de \\
 +peste, va vite chez Dache t'​auras des clous !
 +
 +  * EspĂšce de schaille, tu f'rais mieux d'​aller ach'​ter du brillant \\
 +belge pour nettoyer ta fĂ©gu' qu'al est noire comme croĂŻe qu' tu r'​semble Ă  un \\
 +catchecoucou.
 +
 +  * Capeuche ! Tu cours au feu, t'es installĂ©, t'as tout du campeur !
 +
 +  * Laisse tomber c' est du meule, c' est tout du ript' che rapt'​che.
 +
 +  * Mirepiche, bloze me ratt' !
 +
 +  * Crabemol, blackboy, mulecoun'​te,​ bleut' sac, keusse me ratt' !
 +
 +  * Vieux wagon dĂ©raillĂ©, rĂ©sidu d'oeuf clair, branleur de chien mort, \\
 +j' vais t' mettre un parĂ© Ă  virer, un vrai plaque-mule.
 +
 +  * Schitebrouck,​ t'es pĂąle comme un schkĂšte, tu veux qu'on appelle la \\
 +rotekrusse.
 +
 +  * Grand schitre, tu trembles dans tes loques, petebrouck, so' \\
 +deyors, t'​auras un pale en plein milieu d' ta gueule.
 +
 +----
 +==== Flandricismes et expressions typiques ====
 +On court Ă  toute gĂźte, on taille ses pattes en bas ou on taille derriĂšre \\
 +quand on court vite. On fait son beste quand on fait de son mieux : on fait \\
 +pour un bien. On fait son soldat lorsqu'​ on effectue son service \\
 +militaire, mais le colebitre fait des soldats lorsqu'​il met des sacs de \\
 +charbon ​ « Ă  gauche » , lors de livraisons. Donne, une fois ! \\
 +s'​emploie pour donne ! Il a dit Ă  lui pour : il lui a dit. J' tiens pu' \\
 +ensemble : je suis Ă©nervĂ©.
 +
 +PĂšte ouvert ce qui se fend et s' ouvre. PĂȘter ouvert veut dire casser. \\
 +Le chagrin fait pleurer tous ses yeux dĂ©yors. Celui qui est fort a du peute. \\
 +On vient avec et on prend avec. Par contre l' avoir avec peut ĂȘtre traduit\\
 +par l'​avoir dans l' dos (s' ĂȘtre fait rouler) ou ĂȘtre ivre. Tu peux l'​avoir \\
 +signifie : « je te le donne ». Tu peux l'​avoir pour toi toujours. On attend \\
 +aprĂ©s quelqu'​ un, ou auprĂšs de quelqu'​ un. On joue sur la rue. On se marie \\
 +contre quelqu'​ un. On va chercher l' air sur les remparts quand on chante \\
 +faux. Parler contre quelqu'​un ne veut pas dire que l'on mĂ©dit mais qu'on \\
 +cause quelqu'​un,​ on peut Ă  cette occasion l'​agonier de sottises ce qui \\
 +revient au mĂȘme que de le traiter de tout a rien (l'​insulter),​ ou \\
 +simplement le traiter. On est mis ou jetĂ© en voie lorsqu'​on est mis de \\
 +cĂŽtĂ©. Il arrive que l' on soit contraint de s'​isoler pour faire pisse \\
 +ou faire kake. On fait des oppres lorsqu'​ on gagne au bouchon. Celui qui \\
 +saute sur place fait oupetata. Rester sur l'​noptche veut dire rester sur le \\
 +cĂŽtĂ© (ĂȘtre tenu Ă  l'​Ă©cart). Partir Ă  rire ou Ă  pleurer pour se mettre Ă  \\
 +rire ou Ă  pleurer.
 +
 +Celui qui est occupĂ© de faire quelque chose est en train de faire quelque \\
 +chose.\\
 +  * Maman qu'​est-ce qu'on mange ?\\
 +  * Des confites matroze.\\
 +  * Qu' est-ce que c' est ?\\
 +  * Des mamiotes, et si t'es pas contents, t'as qu'Ă  aller chez Trassaert \\
 +ou chez Scut (noms d'​anciens restaurants).
 +
 +Tes pieds y sont kake (sĂąles). T'es noir comme croĂŻ (ou du pek). Il a les \\
 +yeux dans l' podingue : il est mal rĂ©veillĂ©. Il est tombĂ© endormi : il \\
 +s' est endormi. Il a coupĂ© ses cheveux comme les remparts (ou les palissades) \\
 +de Bergues. Il est droit comme la rue d' Saint Gilles : il est tordu, voir \\
 +la chanson de carnaval « Les commĂšres de la rue d' Saint Gilles ». Va jouer \\
 +avec pouche : laisse-moi tranquille. Je ne sais de rien : je ne sais rien.
 +
 +Il tombe des molleyounes : il pleut des gouttes grosses comme des piĂšces \\
 +de cent sous (molleyounes,​ lit jeunes de taupes). Tu me prends pour un oeuf \\
 +clair ou pour un jeune de taupe : tu me prends pour un imbĂ©cile. Qu'​est-ce \\
 +qu'il y a Ă  faire ici ? Que se passe-t-il ? Ben qu'​est-ce ça dit (Comment ça \\
 +va). Wines' dat' : qu'​est-ce que c'est ? J' veulte bien, mais j' peuvte \\
 +pas. Nous, on a dansĂ© toute la nuit. Je lui ai dit, da. Ce ne sera rien, \\
 +va. Ça c'est quĂšt'​chose ! (un Ă©vĂšnement). Sans ça, tu peux venir \\
 +avec ! Je suis bien tranquille lĂ  d'​sus...
 +
 +Laisse courir, c' est du meule (ce n'est rien). D'oĂč ce que tu sors ? \\
 +D'oĂč d'​est-ce que tu sors ? Quand d'​esque vous venerez ? J' ai 5 francs \\
 +trop court (il me manque 5 francs). J' peux pas auprĂšs : c' est trop cher \\
 +pour moi. Donne-moi un peu ton m'​tit'​nom (prĂ©nom). DĂ©bordĂ© comme la \\
 +traille de la Sint' Jacque'​s Poortche (voir « Les commĂšres de la rue d'​Saint \\
 +Gilles »). Il peut pas sortir d' sa mĂšre, (sa mĂšre est toujours aprĂšs \\
 +lui). Il peut pas l'​aider (il n'y peut rien). Il a aussi pas fait ça. Il est \\
 +toujours jamais lĂ . J' ai rien besoin : je n' ai besoin de rien. Ça \\
 +vĂą Ăąller ! Et bien, tu ne t' en fais pas ! Ne te gĂȘne pas!
 +
 +On est d' accord avec le peseur sur le port lors qu' un peu de marchandise \\
 +est prĂ©levĂ©e avant pesage avec l' accord tacite du peseur jurĂ© (« T'as \\
 +rien vu, frĂȘĂȘ ! »). Celui qui fait une tentative de proposition verbale jette \\
 +un cordelle (de la pĂȘche au cordelle, sans gaule). Les enfants achĂštent pour \\
 +un franc de bonbons Ă  la mesure. T' es rien beau ou rien fatiguĂ© (qu' est-ce\\
 +que tu es beau ou fatiguĂ©). Il chole sa bosse (il roule sa bosse). Dans les \\
 +bals ou les soirĂ©es, il y a du beau linge (du beau monde), ou du fret (des \\
 +belles filles). Les pĂȘcheurs cholent toute la nuit pour trouver le poisson, \\
 +quand ils rentrent sans rien ils ont fait une marĂ©e de vase...
 +
 +Hen' es door : le voilĂ . T'as qu'a voir : tu te rends compte. Tant' es \\
 +door : voilĂ  ma tante. On a une belle tĂȘte quand on a de beaux cheveux \\
 +(gĂ©nĂ©ralement frisĂ©s). On est Ă  l'​assurance quand on touche les \\
 +indemnitĂ©s journaliĂšres de sĂ©curitĂ© sociale (ou autre). Un bateau Ă  bout \\
 +de bord est un bateau trĂšs fatiguĂ©.
 +
 +Quel pirate : quel pingre. Tu cours au feu : ton pantalon est trop court. Il \\
 +peut pas de sa mĂšre : sa mĂšre ne veut pas. Un Ă©migrĂ© d'​usinor. un Ă©tranger \\
 +(non dunkerquois de souche). T'es pas si tĂŽt sorti qu'on t' voit p'us et \\
 +quand tu pars on dirait qu' tu r'​viens'​ (se dit de quelqu'​un qu'on \\
 +aime pas). On pend un vĂȘtement auprĂšs d'un porte-manteau. Payer Ă  samedi : \\
 +demander crĂ©dit et payer le samedi, jour oĂč on touche sa semaine. Caus' Ă  \\
 +l'​aut'​ : ne m' embĂȘte pas. T'as chaud Ă  tes reins : tu peux toujours \\
 +attendre. Va vite chez Dache, t' auras des clous : vas te faire voir.
 +
 +----
 +==== EXPRESSIONS DE DOCKERS ====
 +Avancer comme en 14 (avancer), avancer comme en 40 (reculer). Avoir le \\
 +chapeau : se dit d'une Ă©quipe qui travailIe moins vite et qui fait \\
 +attendre la grue en l'air.
 +
 +----
 +==== INJURES - JURONS ==== 
 +Dieu's Maria Toch : JĂ©sus-Marie,​ quand mĂȘme ! God verdomme : Dieu me damne. \\
 +God Vordeck : Forme attĂ©nuĂ©e du prĂ©cĂ©dent Walle, walle ou walle-chiche\\
 +pu walle-chiche toch : et bien, et bien. Nom de diu ! ; nom de Dieu ! \\
 +Bleuze me rat' : souffle Ă  mon cul. Keusse me rat' : embrasse mon cul.
 +
 +----
 +==== AMUSONS-NOUS ==== 
 +Le canal exĂ©cutoire pour le canal exutoire (lĂ  oĂč les rats musclĂ©s \\
 +purulent). Le stylo Ă  grains pour le silo Ă  grains. Le bassin de rĂ©volution \\
 +pour le bassin d' Ă©volution. La forme de gras double pour la forme de \\
 +radoub. Le port monotone pour le port autonome. La chaussĂ©e des garces pour \\
 +la chaussĂ©e des darses. Le sentier de France pour les Chantiers de France.\\
 +L'​Usinor pour Usinor : mon pĂȘ' i travaille Ă  l'​Usinor. C'est l'​occasion \\
 +qui fait l'​hareng (prononcer haron). Il est nĂ© dans une mauvaise toile au \\
 +lieu de sous une mauvaise Ă©toile. Sel de riz pour cĂ©leri. On n' est pas \\
 +sorti de Looberghe (bourgade voisine de Dunkerque) pour de l'​auberge.\\
 +L'​Ă©lixir catĂ©gorique est efficace pour les coliques mais pas pour les \\
 +coliques frĂ©nĂ©tiques. Un morceau de chair humaine (cĂ©rumen). Fier comme un\\
 +petit banc (Artaban). Connu comme le houblon (le loup blanc). Vieux comme \\
 +mes robes (HĂ©rode). Des pommes de terre en robe de chambre (en robe des \\
 +champs). Des prix gastronomiques pour astronomiques.\\
 +Payer les pois cassĂ©s (pots cassĂ©s). ElIe se croit sortie de la cuisse a \\
 +Jules Pieters (Jupiter). Quelqu'​un qui prend des prĂ©cautions est prĂ©coce. \\
 +Cette femme elle est au courante de tout (Ă  tous les Ă©tages bien entendu). \\
 +Les pets de Madame OclĂšs (DamoclĂšs). Des pamperlouses (pamplemousses). \\
 +IngĂ©nieur a Grenoble (agronome). Des cotelettes d'​aspirine au lieu de \\
 +spirint Un bisteack de lard. Lorsqu'​il fait chaud les Dunkerquois souffrent \\
 +de la clavicule. En hiver, les fortes chutes de neige provoquent des \\
 +congĂ©nĂšres et on peut attraper des flexions de poitrine. Il faut mettre \\
 +les choses au qu' al sont : il faut mettre les choses au point. Un tiercĂ© \\
 +grelottĂ©e (belotĂ©e).\\
 +Parlant d'une femme maigre on dit : elle est Ă©paisse comme un Maritime \\
 +double pliĂ© en quatre. Le Maritime Ă©tant, bien entendu, « Le Nord \\
 +Maritime » journal paraissant avant la guerre Ă  Dunkerque. On dit encore : \\
 +elle est tellement maigre qu'​elle prenait son bain dans un canon de fusil.\\
 +La femme d'un plĂątrier dit : quand mon veint'​che y rentre le soir, il est \\
 +plein dans sa tĂȘte de plĂątre, pourtant i' met un casque sur sa tĂȘte en \\
 +plastique.
 +
 +----
  
 
parlerdunkerquois/expressions.txt · DerniÚre modification: 2019/01/30 23:09 (modification externe)
 
Recent changes RSS feed Creative Commons License Donate Powered by PHP Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki