Différences

Ci-dessous, les différences entre deux révisions de la page.

Lien vers cette vue comparative

reuzepapa:knr [2019/01/30 23:09] (Version actuelle)
Ligne 1: Ligne 1:
 +{{reuzepapa:​img3.jpg }}{{ reuzepapa:​titre.gif |}}
 +
 +====== Introduction : Reuze ou Reuze Papa ? ======
 +{{reuzepapa:​webreuzepremierjour.jpg }}\\
 +Les g√©ants peuplent la Flandre depuis la nuit des temps ; figurant tour √† tour au coeur des processions religieuses puis des d√©fil√©s profanes, ils sont aujourd'​hui souvent associ√©s aux √©v√©nements qui marquent les grands moments de la vie de leur commune.
 +
 +Mais peu d'​entre eux ont la chance de prendre part √† ces cort√®ges √† nuls autres pareils que sont les d√©fil√©s carnavalesques... Parmi ces g√©ants privil√©gi√©s figurent le bailleulois Gargantua et les "​reuze"​ de Cassel et Dunkerque.
 +
 +Si ces deux derniers peuvent d'​ailleurs sembler porter le m√™me nom, c'est parce qu'en r√©alit√© ils n'ont jamais vraiment √©t√© baptis√©s... Reuze, en flamand, signifie g√©ant. A une √©poque o√Ļ ces illustres personnages √©taient beaucoup moins nombreux qu'​aujourd'​hui,​ "Le Reuze",​ c'​√©tait "Le G√©ant"​ de la ville, sans risque de confusion...
 +
 +Comme l'​√©pouse du Reuze de Cassel se nomme Reuze Maman, son mari est usuellement appel√© Reuze Papa. Il faut bien distinguer monsieur et madame Reuze ! Notre Reuze est √©galement souvent appel√© Reuze Papa, mais son √©pouse est la Reuzinne. N'​ayant pas √† le diff√©rencier patronymiquement de sa dulcin√©e, on l'​appelle souvent le Reuze de Dunkerque ; ce nom n'a rien d'​officiel puisque beaucoup de dunkerquois appellent leur g√©ant Reuze Papa, tout comme son cousin casselois. Ce qui n'est pas une erreur : l'​usage de ces deux d√©nominations est aussi ancien et aussi r√©pandu, et l'une n'a pas √† pr√©valoir sur l'​autre !
 +
 +//Le Reuze sur la carte\\
 +postale premier jour de 1998.\\
 +La photographie date du d√©but des\\
 +ann√©es quatre-vingt dix.//
 +
 +
 +
 +====== Acte de naissance d'un g√©ant ======
 +
 +C'est en 1550 que le Reuze de Dunkerque aurait fait sa premi√®re apparition. Son nom vient du flamand reus, signifiant g√©ant. Nul ne sait exactement qui repr√©sente le g√©ant d'​osier d'​alors,​ et deux l√©gendes coexistent √† ce sujet.
 +
 +D'​apr√®s la premi√®re, qui pr√©vaut actuellement,​ le Reuze serait la repr√©sentation d'​Allowyn - ou Hallewyn - chef militaire originaire de Scandinavie. Allowyn et ses guerriers, charg√©s d'​envahir la Flandre, furent qualifi√©s de reus √† cause de leur stature imposante. D√©barquant dans les dunes √† proximit√© de l'​Eglise fond√©e par Saint-Eloi, Allowyn se blessa en tombant sur son √©p√©e. Saint-Eloi le recueillit alors, le soigna et la baptisa. Allowyn d√©cida de finir ses jours √† Dunkerque, qu'il d√©fendit d√®s lors, et √©pousa une enfant du pays. Ce serait en son honneur que les dunkerquois auraient √©rig√©, vers le milieu du XVI√®me si√®cle, un g√©ant d'​osier.
 +{{ reuzepapa:​1850.jpg}}\\
 +La seconde l√©gende, plus m√©connue (peut √™tre parce que moins po√©tique) fait remonter la naissance du g√©ant √† un conflit opposant au moyen √Ęge les Kerles, paysans flamands occupant le Westhoeck depuis le IV√®me si√®cle, aux Reuzes, leurs seigneurs. Il finirent par obtenir une keure - une charte - leur octroyant la libert√©. Ils f√™t√®rent cette victoire contre les puissants Reuzes en construisant des g√©ants d'​osiers √† leur effigie, destin√©s √† les tourner en d√©rision lors de processions. Quoi qu'il en soit, le g√©ant dunkerquois √©tait peut-√™tre √† l'​origine construit pour √™tre br√Ľl√© lors de la f√™te flamande de la Saint-Jean, f√™te du solstice d'​√©t√© marqu√©e par de grands feux.  ​
 +
 +Reuze Papa fut en effet longtemps associ√© aux processions religieuses de la Saint-Jean-Baptiste,​ et plus pr√©cis√©ment aux manifestations populaires qui suivaient le d√©fil√© religieux, m√™me si aucun document officiel ne l'​atteste. Il est vrai que la pr√©sence de ce g√©ant aurait pu para√ģtre vulgaire, voire profane, aux historiens de l'​√©poque. Ce n'est qu'en 1694 que fut imprim√© un placard √©voquant la procession de la Saint-Jean et mentionnant la pr√©sence de la "​nouvelle machine d'un g√©ant"​ pr√©c√©d√©e par ‚Ķ "​l'​ancien g√©ant",​ preuve que la tradition n'est pas nouvelle. Le nouveau g√©ant (baptis√© Titenka) et son anc√™tre (le Reuze) d√©fileront ensemble jusqu'​√† la r√©volution,​ qui marquera la disparition du g√©ant Titenka.
 +
 +//Il existe tr√®s peu de gravures repr√©sentant le Reuze au XVIIe si√®cle.\\ Sur celle-ci, datant du XVIIIe si√®cle,\\ le Reuze d√©file pr√©c√©d√© de son √©pouse, Madame Gentille.\\ Leur fils a√ģn√© Titenka les suit √† cheval.//
 +
 +
 +
 +====== Un destin chaotique ======
 +{{reuzepapa:​1848.jpg }}
 +A partir de cette √©poque, de nombreux documents permettent de suivre la carri√®re du G√©ant dunkerquois ainsi que de sa famille, puisqu'​un manuscrit de 1750 √©voque "une g√©ante (‚Ķ) dite la Gentille et quatre petits Mens [homme en flamand] servant de pages √† la Reuzenne"​. Le nom de Gentille viendrait de celui de Jeanty, ing√©nieur maritime dont l'​√©pouse fut marraine de la g√©ante. Un t√©moignage de 1757 √©voque la pr√©sence, aux c√īt√©s du "​g√©ant Reuze",​ de "la g√©ante gentille que l'on dit sa fille" et "​d'​un tambour-major,​ de quatre joueurs de cornemuse, d'un fifre et de tambours"​. Les musiciens qui accompagnent le g√©ant interpr√®tent notamment le Reuzelied (chant du Reuze). De grands d√©fil√©s sont organis√©s en 1762 pour f√™ter le centenaire du rattachement de Dunkerque √† la France et en 1774 √† l'​occasion de la venue du comte d'​Artois,​ futur Charles X.
 +
 +La R√©volution Fran√ßaise est √† l'​origine de temps difficiles pour Reuze Papa, consid√©r√© comme un symbole du "​fanatisme religieux"​. Tour √† tour v√™tu du chapeau des Repr√©sentants de la Nation, de la carmagnole et du bonnet phrygien, il est finalement d√©capit√©. Les t√™tes des g√©ants sont mises en vente en 1792. Reuze Papa ne rena√ģtra qu'en 1802, √† l'​initiative du maire qui n'​obtiendra cependant pas l'​autorisation de le sortir du Beffroi o√Ļ il est remis√©.
 +
 +A partir de 1840, il sort aux cort√®ges du Dimanche-gras et de la mi-car√™me, c'​est-√†-dire en p√©riode de carnaval. En 1848, il est pr√©sent √† l'​inauguration du chemin de fer Dunkerque-Lille. Il ne ressemble plus aux gravures du d√©but du XIX√®me si√®cle et a d√©sormais son allure actuelle de guerrier antique. ​
 +
 +//Une gravure √©dit√©e √† l'​occasion de l'​inauguration du chemin de fer, les 3 et 4 septembre 1848.\\
 +Gayant et son √©pouse entourent le g√©ant dunkerquois.//​
 +{{ reuzepapa:​webreuzexix.jpg}}
 +Gayant et sa famille y √©tant √©galement pr√©sents, c'est l'​occasion pour le Reuze, veuf depuis la R√©volution,​ de demander la main de la fille du g√©ant de Douai, qui lui est refus√©e par le conseil municipal douaisien "​√©tant donn√© la trop grande diff√©rence d'​√Ęge"​. Malgr√© cet incident diplomatique,​ ce d√©fil√© est l'​occasion d'une f√™te comme seuls les dunkerquois savent en faire puisque le rapport de l'​Assembl√©e Nationale rel√®ve que "toute la ville se livra √† une joie dont il serait difficile de retrouver les √©lans et l'​enthousiasme dans nos grandes villes blas√©es"​.
 +
 +Quarante ans plus tard, Reuze Papa rend visite √† Gayant, le froid jet√© entre eux par le refus essuy√© en 1848 par le g√©ant dunkerquois s'​√©tant estomp√©. C'est le d√©but d'une s√©rie de grands voyages pour notre g√©ant : il est √† Bruxelles en 1890, √† l'​occasion de la f√™te de l'​ind√©pendance belge, √† Lille en 1892, √† Gand en 1896. Il y convoite une g√©ante flamande, dont la g√©n√©alogie remonterait au XIV√®me si√®cle, qui accepte de le prendre pour √©poux. Le mariage est c√©l√©br√© avec fastes, on construit m√™me √† Reuze Papa une Reuzinne et un Kindje. La Reuzinne est √©galement appel√©e Mietje-Gentille (Miejte est le diminutif de Marietje et Gentille renvoie au pr√©nom de la premi√®re g√©ante). Le kindje se nomme Pietje, diminutif de Piet, Pierre en Flamand. On le dotera plus tard (probablement lorsque l'on d√©cidera de donner √† Pietje une forme adulte) d'un petit fr√®re, Boutje, qui doit son pr√©nom au diminutif dunkerquois couramment utilis√© pour d√©signer un jeune enfant.  ​
 +
 +//Le Reuze dans la deuxi√®me partie du XIX√®me si√®cle//
 +
 +
 +
 +====== Gloire et disgr√Ęce ======
 +{{ reuzepapa:​reuzeetkintj.jpg}}
 +Au d√©but du XX√®me si√®cle, les fils √©lectriques qui quadrillent la ville pour alimenter le tramway d√©capitent √† plusieurs reprises le Reuze, qui est bient√īt contraint √† l'​immobilit√©. Le Dunkerquois Charles Matha tente de sensibiliser ses concitoyens au sort du g√©ant en √©crivant en 1906 La Complainte du Reuze. La posture du g√©ant a en effet bien chang√© et n'a plus rien de celle d'un glorieux guerrier : on l'​assied pour lui permettre de passer sous les fils √©lectriques et on lui place son kindje dans les bras.  ​
 +
 +//Le Reuze ... Papa//
 +
 +En 1910, il se rend, √† Valenciennes,​ √† un colossal rassemblement de g√©ants. Il ne supporta visiblement pas ce voyage, puisqu'​en 1913 on en arrive √† la triste situation √©voqu√©e plus haut. 1924 est l'​ann√©e de la renaissance pour Reuze Papa : apr√®s avoir √©t√© endommag√© pendant la guerre, il est r√©nov√©, dot√© d'une nouvelle t√™te, et est √©quip√© d'un syst√®me de monte-et-baisse qui lui permet de passer sous les fils du tramway. En 1928 √† Cassel, il prend part accompagn√© d'une Reuzinne et de neuf petits g√©ants, √† une procession r√©alis√©e en l'​honneur du mar√©chal Foch. Ces neuf petits g√©ants sont ses deux enfants et ses sept gardes : Allowyn, Bambin, Dagobert, G√©lon, Goliath, Roland, Samson. Allowyn doit son nom au guerrier scandinave de la l√©gende du Reuze, et Dagobert est le roi de France dont Saint-Eloi fut ministre. G√©on fut roi de Syracuse, et Goliath et Samson sont deux personnages bibliques, l'un connu pour sa taille - c'est le g√©ant que battit David -, l'​autre pour sa force. Quand √† Bambin, c'est le nom que portait le fils du Reuze d'​avant la R√©volution.
 +{{reuzepapa:​reuze65.jpg }}
 +A l'​issue de la Seconde Guerre Mondiale, Reuze Papa fait partie des rares "​monuments"​ de Dunkerque √† tenir encore debout : d√®s 1947, il participe au d√©fil√© de la mi-car√™me. Mais les "​pr√©pos√©s aux perches"​ charg√©s depuis l'​instauration du syst√®me de monte-et-baisse de lever les fils du tramway au passage du g√©ant ont perdu la main et le Reuze est d√©capit√© suite √† une erreur de manipulation.
 +
 +Il est restaur√© en 1951 par Maurice et Georgette Deschodt d'​Hazebrouck,​ et ce n'est qu'en 1952 que les Dunkerquois purent admirer la nouvelle t√™te de leur g√©ant. En 1956, ses v√™tements b√©n√©ficient √† leur tour d'un rajeunissement : le Reuze est sa famille sont rhabill√©s √† grands frais. Le g√©ant, drap√© de son nouveau costume de romain, remporte cette ann√©e-l√†, √† Lille, le prix du plus beau g√©ant fran√ßais.
 +
 +En 1962, c'est le tricentenaire du rattachement d√©finitif de Dunkerque √† la France : Reuze Papa prend activement part aux festivit√©s,​ en juin, et d√©file escort√© de nombreux g√©ants flamands et art√©siens. Auparavant, il aura de nouveau eu droit √† un d√©poussi√©rage. En 1963, le Reuze commet m√™me une petite infid√©lit√© envers Dunkerque en participant au carnaval de Bailleuil, Gargantua ayant √©t√© endommag√© dans un incendie.  ​
 +
 +//Le Reuze dans toute sa splendeur\\
 +(entour√© de C√ī Pinard et des Acharn√©s)\\
 +sur cette carte postale √©dit√©e en 1965//
 +
 +Claude LebŇďuf, maquettiste Coudekerquois √† l'​origine des travaux de r√©novation de 1962, dote en 1967 les gardes et les enfants du Reuze de nouvelles t√™tes et de nouvelles mains en polyester.
 +
 +Jusqu'​√† la fin du XX√®me si√®cle, le Reuze et sa famille furent de moins en moins associ√©s aux d√©fil√©s carnavalesques et aux diff√©rentes manifestations dunkerquoises. Reuze Papa ne d√©filait plus. Le jour de la bande de Dunkerque, on le "​posait"​ place Jean Bart, sans aucun souci de mise en valeur, et beaucoup ignoraient le G√©ant. A l'​occasion de la bande de la Violette, il fut souvent plac√© √† l'​entr√©e du parc Malo, puis devant la mairie. Il fut parfois myst√©rieusement absent, tout comme aux autres bandes dunkerquoises o√Ļ sa pr√©sence aurait √©t√©, apr√®s tout, justifi√©e. Ses gardes et ses enfants, en mauvais √©tat, apparurent tout aussi √©pisodiquement. Le Reuze ne fut pas non plus repr√©sent√© lors des f√™tes de Lille o√Ļ, le 20 juin 1999, conflu√®rent de l'​Europe enti√®re plus de deux cents g√©ants venus c√©l√©brer le bapt√™me des lillois Lyd√©ric et Phinaert, enti√®rement reconstruits.
 +
 +{{ reuzepapa:​timdunkerq.jpg|}}
 +Dunkerque aurait-elle √©t√© sur le point de renoncer √† son plus vieux symbole ? Certains √©l√©ments portaient pourtant √† croire que non. Ainsi, en 1998, un timbre repr√©sentant la ville de Dunkerque fut √©dit√©. Y figurent l'​Eglise Saint-Eloi - dont les abords avaient √©t√© am√©nag√©s peu de temps auparavant -, le Dick - alors en cours de r√©novation - et au premier plan le Reuze‚Ķ tel qu'on pouvait le voir dans les ann√©es soixante, debout sur son char.
 +
 +A sa sortie, le timbre est accompagn√© d'une carte postale premier jour illustr√©e d'une photographie du Reuze dans son √©tat d'​alors,​ prise en contre-plong√©e,​ c'​est-√†-dire de mani√®re √† att√©nuer le plus possible l'​aspect "​ratatin√©"​ qu'​avait le g√©ant (voir la page d'​introduction). Au seuil du XXI√®me si√®cle, le Reuze s'​apparentait bien plus √† un monarque moribond que l'on sortait de temps √† autre pour rassurer le peuple et que l'on ne photographiait que sous son meilleur jour qu'√† un g√©ant altier, symbole d'une ville et d'une culture fi√®rement honor√©e.
 +
 +Mais l'​histoire du Reuze ainsi que celle de sa famille - sa femme et ses enfants - et de ses gardes est si riche et mouvement√© qu'il semblait impensable qu'une telle √©pop√©e puisse toucher √† sa fin...
 +
 +//Le timbre de 1998,\\ √©dit√© √† l'​occasion du 71√®me congr√®s\\ de la F√©d√©ration Fran√ßaise\\ des Associations Philat√©liques//​
 +
 +
 +
 +
 +====== Le retour du Reuze ======
 +
 +[[reveil|LE REVEIL DES GEANTS]]\\
 +\\
 +[[reveil|{{reuzepapa:​img2.jpg }}]]
 +----
 +__Bibliographie__
 +
 +  * Chaussois (Robert), G√©ants du Nord/​Pas-de-Calais,​ Le T√©m√©raire,​ 1998
 +  * Codron (Christine) et Filatriau (Jean-Pierre),​ Sous les jupes des g√©ants, La Voix du Nord, 1999
 +  * Denise (Jean), Carnaval dunkerquois,​ Westhoek-Editions,​ 1984
 +  * Loosen (Michel), Cent et un g√©ants de Flandre et d'​ailleurs,​ Foyer Culturel de l'​Houtland,​ 1993
 +  * Tillie (Catherine),​ Le Carnaval dunkerquois et les g√©ants, Kim- Dunkerque, 1975
  
 
reuzepapa/knr.txt · Dernière modification: 2019/01/30 23:09 (modification externe)
 
Recent changes RSS feed Creative Commons License Donate Powered by PHP Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki